un grain de sable dans l'océan un grain de sable dans l'océan
Ceci est un forum ou vous pouvez poster toutes vos créations dans l'intérêt de recevoir des critiques constructives quand à votre création, quelle soit musicale, littéraire ou graphique.
un grain de sable dans l'océan
FAQFAQ  RechercherRechercher  S’enregistrerS’enregistrer  ProfilProfil  MembresMembres  GroupesGroupes  Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés  ConnexionConnexion 

[TFO : Livre 1] Chapitre 4

 
Répondre au sujet    un grain de sable dans l'océan Index du Forum -> Litterature -> Livres
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Nogusha
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 17 Nov 2010
Messages: 122
Localisation: Savoie
rang: Novice
Points: 139
Points/messages: 1,14

MessagePosté le: Dim 28 Nov - 17:45 (2010)    Sujet du message: [TFO : Livre 1] Chapitre 4 Répondre en citant

Chapitre 4 : Gontrand le grand


J’ai voyagé longtemps, à travers tout le sud du pays, en brûlant tout les villages que j’ai pû croiser avant d’arriver à Stand’hor, il me faut vite découvrir ce Gontrand qui est censé me donner des explications.
Des explications sur quoi ? je n’en ai aucune idée, la voix qui semblait sortir du vieil homme l’autre jour n’avait pas été plus claire que ça. En tout cas, ce vieil homme avait fait le lien entre moi et une certaine Alasha, il faudrait aussi que j’enquête la dessus.
La journée était bien entamée lorsque j’arrivais à Stand’hor, je décidai d’aller dans une taverne pour me renseigner sur ce fameux Gontrand. Le tavernier, de forte stature et assez musculeux vint à ma rencontre :
« - Alors ma petite, qu’est ce que je te sers ?
- Du calme Roger, je ne cherche pas à me saouler, je cherche des renseignements.
- Si tu veut des renseignements, faut consommer, on est pas à la foire d’embauche ici
- Bien alors je prendrais un verre de rouge
- Je vous amène ça ma petite dame »
Il tourna les talons et s’en fut me chercher ma commande. Celui-ci avait l’air plus loquace que le dernier tavernier que j’ai rencontré. Un homme encapuchonné entra dans la salle et s’assit à une table, il sembla me rappeler quelqu’un, mais je n’arrivais pas à mettre une image sur sa tête, je décidai simplement de l’ignorer. Roger m’amena mon verre et s’assit en face de moi
«Alors, que voulez vous savoir ?
- Que savez-vous sur un certain Gontrand ?
- Gontrand le grand ?
- Oui c’est ça
- Eh bien ce n’est rien d’autre que le comte de Stand’hor, si vous voulez le voir ça seras compliqué je pense
- … ou pas, bien merci Roger, tient te voila payé, Adieu ! » A ces mots je fini mon verre de vin, tourna les talons et sorti de l’auberge. Etrangement, l’homme encapuchonné fit de même, il n’avait pourtant rien commandé… étrange… je me dirigea vers le palais du comte, des soldats s’interposèrent entre le palais et moi.
« - Je veux un audience avec le comte ! dépêchez vous où il vous en cuira ! »
Les soldats se regardèrent, et, rentrèrent au palais. Ils revinrent quelques instants plus tard et me dirent :
« - Le comte est occupé, il ne peut recevoir personne pour le moment
- Mauvaise réponse » dis-je, en lançant des boules de feu sur les soldats
A ce moment, l’homme encapuchonné fit irruption devant moi, deux dagues recourbées aux mains.
La vérité me frappe comme la foudre, ce type qui me suivait depuis tout à l’heure était un assassin ! Je devais vite le mettre au tapis si je voulais voir Gontrand, ainsi, j’enflamma mes mains, et lança pléthore de boules de feu dans sa direction, sans plus de cérémonie, alors qu’aucun mot n’avaient été échangés. Il les esquiva toutes, je créa alors des serpentins enflammés que je fis tourner autour de moi telles des lames mortelles, il ne pouvait s’approcher de moi aussi courra t’il autours de moi en cercle pour éviter les serpentins enflammés. Une lame s’enfonça dans mon mollet, l’ordure, il avait profité d’être dans mon angle mort pour me jeter une dague, heureusement la chaleur avait fait dévier la dague qui, malgré tout s’était enfoncée dans mon mollet. J’eus une petite perte de concentration lorsque la dague s’enfonça, ce qui permit à mon adversaire de se rapprocher suffisamment de moi pour pouvoir m’éliminer, c’est alors que je repris mes esprits, je le fis aussitôt bruler, en faisant sortir des flammes de nulle part détruisant mon adversaire. Je subis alors une douleur vive dans le dos, des soldats, avaient profités de mon inattention pour se rapprocher de moi, et l’un d’entre eux, plus téméraire que les autres, m’avait blessée. Je sentit la colère monter en moi, lorsqu’elle fut à son paroxysme, j’hurla, les flammes sortirent de chaque parcelle de mon corps, je dirigea promptement les flammes sur les pauvres soldats qui tentaient désespérément de fuir. J’hurla en direction du château :
« - Gontrand ! tes petits soldats m’ont énervé, sors de ce palais et répond à mes questions, et peut-être que je ne détruirais pas Stand’hor !!! »
Un vieil homme, de forte stature et en bonne santé sorti du château.
«Tu dois être Nogusha ? que me veut-tu ? Je n’ai guère le temps mais je me vois obligé de te répondre pour protéger les citoyens de cette noble ville
- Que savez-vous d’une certaine Alasha ?
- Alasha est une ancienne cavalière qui te ressemble énormément… attends ! tu ne serais pas la fille d’Alasha par hasard ?
- Je l’ignore, un vieil homme m’a reconnu dans une taverne, il semblait vous connaitre Alasha et vous. Auriez-vous une idée pour en être sûr ?
- Eh bien je peux te faire un test sanguin, mais en échange je veux être sur que les citoyens de Stand’hor seront sauf.
- Tu as ma parole vieillard
- Bien, amène moi un peu de ton sang, reviens demain et tu sauras.
Il me tendit une fiole que j’apposa sur mon dos, elle se rempli rapidement de mon sang, je lui tendit, il me remercia et retourna dans son palais.

Le lendemain, j’entra dans le palais, les soldats effrayés me laissèrent passer sans résister. Réputation, quand tu nous tiens…
Gontrand m’attendait, il se leva à mon entrée
« - Bien, voila, Alasha était ta vraie mère mas elle est morte actuellement, malheureusement, je ne connais pas ton père, je suis désolé
- Oh ne vous inquiétez pas, je le retrouverais, auriez vous quelques informations sur lui ?
- Selon ta mère il vivrait dans un petit village de la cordillère du dragon et se nommerait Toraji, un nom de manéite ! *il cracha par terre* maintenant que tu as tes informations, sors de chez moi, quitte ma ville et ne revient jamais !
- Ne vous inquiétez pas Gontrand le grand, je compte quitter vôtre ville, mais avant il me faut faire en sorte que PERSONNE n’y remette plus jamais les pieds, cela dit, j’ai promis de ne pas toucher aux habitant, alors je trouverais autre chose. » a ces mots je sorti de la ville le plus rapidement possible, arrivée en périphérie de Stand’hor, j’eus une idée des plus machiavélique, je créa un cercle de flammes autours de la ville qui l’isoleras à jamais du monde extérieur.
Je pris le chemin du Nord et de la cordillère du Dragon, mon vrai père m’attendait.

_____________________________________________


Quelque chose d’anormal se passe. Mon esprit se trouble. Aux dernières nouvelles, 3 autres assassins présent sur le territoire ont été dépêché pour arrêter Nogusha. De ce que j’ai pu ressentir, l’un d’entre nous l’a déjà retrouvée, mais cette petite furie n’est pas aussi simple à attraper.
La magie des assassins m’a permit de voir le combat, apparemment elle ne manque pas de ressource, elle peut faire apparaitre son feu de ses mains, créer un bouclier sans faire bruler ses vêtements et faire jaillir le feu de nulle part pour bruler à distance. Un combat contre elle risque d’être compliqué. Enfin, au moins je sais qu’elle est à proximité de Stand’hor. Elle à une entaille profonde dans le mollet, et même si avec son feu elle a déjà du la cautériser, elle ne doit pas se déplacer vite.
Je fais encore augmenter l’allure de mon cheval, une bête magnifique à la robe noire, très docile et suffisamment rapide. Je l’ai obtenu après que des brigands aient voulu me faire la peau, les malheureux n’en ont pas eu pour bien longtemps à vivre après ça. Ils avaient avec eux deux chevaux, j’en ai offert un à une dame sur le chemin et je me dépêche de retrouver Nogusha avec celle-ci.
Selon ce que j’ai entendu sur le chemin, Stand’hor aurait été entouré par un mur de feu, si c’est de son fait, elle doit être d’autant plus épuisée.
" Vivian, c’est Eleniar, je suis sur une piste, j’ai retrouvé des traces de brulure anormales pour un simple feu de camp dans une clairière. Elle se situe au nord-ouest de Stand’hor.
- J'arrive, je suis à moins d'une demi journée de ta position, prévient Handrew."
Magnifique magie que celle des assassins, Cernosse nous a tous relier par télépathie, ce qui permet de faire voyager les informations beaucoup plus rapidement et de localiser un congénère du moment qu'il est sur le même relai de magie.
On se rapproche, malgré sa charrette, elle n'est plus très loin, je le sens, nous nous retrouverons bientôt, et cette fois, nous pourrons avoir un vrai combat.
"Eleniar, essaye de ne pas perdre sa trace, je te rattraperais, fait attention à toi".
_________________


Meuporg étant le nom barbare qui désigne les jeux de rôles en ligne, auxquels on prends par avec d'autre compagnons virtuels xD


Revenir en haut
Auteur Message
Publicité






MessagePosté le: Dim 28 Nov - 17:45 (2010)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Répondre au sujet    un grain de sable dans l'océan Index du Forum -> Litterature -> Livres Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  
Portail | Index | Panneau d’administration | Creer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2017 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com
Arthur Theme